Silo de stockage de céréales © Philippe MONTIGNYCentrale nucléaire de Dampierre en Burly dans le loiret © Philippe MONTIGNYDechaumage avec un tracteur John Deere articulé © Philippe MONTIGNYPhilippe MONTIGNY
06 08 82 18 94
Photographe Aérien
Communiqué
4808 visites
Impression (PDF)

Salon - festival photo

Festival International de la Photo Animalière et de Nature 2007

Festival International de la Photo Animalière et de Nature 2007 - 11ème édition

11ème édition

Le Festival de Montier-en-Der a acquis au fil du temps une dimension incontournable, il est devenu en 10 ans le rendez-vous prisé par tous les photographes de talent. Chacun d’entre eux veut être présent à Montier-en-Der et côtoyer les 35 700 festivaliers, échanger avec les agences photo, comparer leurs travaux avec d’autres grands noms du monde de la photo animalière et de nature. Qu’il soit reconnu, qu’il soit à découvrir ou qu’il soit une référence, chacun rêve d’exposer à Montier-en-Der, au moment de la migration des grues cendrées qui offrent un spectacle grandiose dans le ciel dervois. Le Festival de Montier-en-Der est parrainé par une personnalité engagée dans la protection et le respect de la nature. Elle peut être un scientifique, un explorateur, un photographe de renom, un journaliste … Tous ont un point commun : ils sont amoureux de la nature, militants pour la protection de l’environnement et pour le développement durable.

Le festival de Montier-en-Der a su attirer les grands noms de la photographie animalière et de nature. L’anglais Andy Rouse, l’israélien Amos Nachoum, l’américain Art Wolfe, le finlandais Hannu Hautala, le suédois Staffan Widstrand, le japonais Hiroya Minakuchi, le breton Philip Plisson, le couple mythique Michel et Christine Denishuot, le très célèbre Yann Arthus Bertrand, l’étoile montante Vosgienne Vincent Munier, le poète Michel Loup, le tourangeau Gilles Martin, le spécialiste de la macro Jean-Daniel Tosello et des centaines d’autres artistes photographes sont venus et ont à ce point apprécié l’ambiance du Festival de Montier-en-Der, qu’ils en deviennent, au fil des années, ses ambassadeurs.

Pour le 10ème Anniversaire, Yann Arthus Bertrand était de nouveau parmi nous avec son exposition « Vivants » qui a été présentée en extérieur, dans le cadre prestigieux du Haras National de Montier-en-Der. C’est aussi Gilles Martin qui a fait rêver des milliers de touristes et de festivaliers en offrant au public une exposition sur « Les oiseaux du monde » dans le cadre enchanteur du Jardin Linet. C’est encore l’aventurier Nicolas Vanier qui, de retour de son odyssée Sibérienne, est venu parrainer le 10ème festival.

Au cours de ces 10 années, d’autres parrains prestigieux se sont succédé. Nous pensons à Hubert Reeves venu lancer un message d’alerte sur les dangers qui menacent la planète bleue ; à Jean-Louis Etienne, médecin et explorateur du Spitzberg sur « Antarctica » ; à l’enfant du pays Gérard Porte, médecin du tour de France ; au journaliste engagé dans la protection des oiseaux et des animaux Alain Bougrain-Dubourg …

Rendez-vous les 16, 17 et 18 novembre prochain pour le 11ème festival qui sera un véritable tour du monde en images, réalisé par les plus grands photographes animaliers et de nature de la planète. Le site du COSEC sera réservé au thème des « Pôles » et à « L’eau dans tous ses états » dans le cadre de l’année des Pôles.

Que de chemin parcouru depuis 1996 où nous avions exposé la remarquable sélection de la BBC « Wildlife Photographer of the Year » qui reste encore un produit emblématique de notre festival.

Aujourd’hui les 250 bénévoles, les administrateurs de l’AFPAN « l’Or Vert » et les salariés démontrent que, mille ans après les moines venus défricher cette région pour y élever une abbatiale et construire un village au milieu des chênes dans cette champagne humide, la vie continue.

A l’heure où le concept de développement durable, de préservation de l’environnement, de protection des espaces naturels, d’économie des ressources naturelles dont la plus indispensable reste l’eau, Montier-en-Der a ouvert la voie. Son festival, sans être coincé dans un militantisme aveugle, prône le respect de l’environnement sous toutes ses formes et défend la nature et les hommes qui y vivent pour que la paix entre les espèces soit durable. Une préoccupation qui rejoint celle de nombreux photographes souvent situés aux premières loges pour constater les effets de l’activité humaine sur l’environnement et contribuer à orienter favorablement nos comportements.

Hans Silvester, parrain du festival 2007

Hans Silvester, fidèle à Montier-en-Der depuis des années est sans conteste l’un des photographes les plus talentueux et les plus engagés de notre époque. Dès l’âge de 12 ans, il s’initie à l’art photographique. Grand reporter-photographe, passionné de voyages, de lumière, de couleurs, amoureux de la nature, contemplatif, Hans Silvester réalise ses premiers reportages comme un témoignage sur la misère écologique de notre planète. Il prend son temps pour observer, travailler en profondeur ses sujets et comprendre cette lente et inéluctable détérioration de notre environnement. Il est régulièrement publié par le magazine Géo.

Lassé des témoignages brutaux sur les situations tragiques de la nature agressée par la bêtise humaine, il publie deux remarquables ouvrages sur les chevaux de Camargue et les chats en Grèce qui apportent un message positif sur une vie en bonne intelligence entre les animaux, les hommes et leur environnement. Aux confins de l’Ethiopie, à trois jours d’Addis-Abeba, à plus de mille kilomètres de Khartoum et proche de la frontière du Kenya, il poursuit ses investigations vers l’origine de l’homme. Il rencontre alors le peuple de la vallée de l’Omo.

Exposition – Voyage « Les peuples de l’Omo » de Hans Silvester, vous sera présentée par le Festival de La Gacilly, en partenariat avec Canon. C’est pour Hans Silvester un choc, une révélation. Aux fins fonds du monde, dans une zone inviolée par l’histoire, à des siècles de la modernité, lui, l’amateur de couleur et de lumière, rencontre des femmes et des hommes qui ont réinventé une forme d’art contemporain. Leurs corps sont leurs toiles, leurs doigts sont leurs pinceaux, une poignée de terre mélangée à du beurre, de la cendre ou autres pigments sont leurs matières premières pour une oeuvre faite pour les autres car ils ne connaissent pas le miroir. Avec dextérité, leurs corps deviennent une remarquable toile éphémère qui disparaîtra au premier bain dans la rivière.

Hans Silvester a créé une galerie de portraits qui sont un plaisir des yeux, une rencontre avec l’histoire d’un peuple méconnu, original, mystérieux et pourtant, berceau de l’humanité. Il partage la vie des habitants au cours de neuf voyages successifs dont il ramène toutes ces scènes de la vie quotidienne d’une société traditionnelle, marquée par de nombreux rituels ancestraux où l’on devine la violence des armes en contraste avec la beauté fascinante d’un monde en voie de disparition. Il présentera en avant - première l’exposition : « Les Habits de la Nature » à la Halle au blé, à l’occasion de la sortie de son nouveau livre « aux éditions de La Martinière ».

Pascal Maitre, invité d’honneur français 2007

Pascal Maitre est né en 1955, à Buzançais (France). Après des études de psychologie, il entame sa carrière de photojournaliste en 1979, au sein du Groupe Jeune Afrique. En 1984, il rejoint le staff de l’agence Gamma, une des trois grandes agences photographiques de l’époque. C’est l’apprentissage.

Il est actuellement représenté par l’agence Cosmos. Il travaille avec de nombreuses publications internationales : Géo, L’Express ; le Figaro Magazine en France ; Stern , Brigitt en Allemagne ; Life, National Geographic aux Etats-Unis.

En 2000, il publie « Mon Afrique », un livre qui rassemble quinze années de travail sur l’Afrique, « aux éditions Aperture » à New York et « aux éditions Géo » à Hambourg. En septembre 2001, paraît l’édition française « aux éditions Vents de Sable » à Paris ainsi qu’un ouvrage sur « Madagascar », fruit de ses nombreux voyages dans cette île. Il a effectué des reportages dans plus d’une quarantaine de pays, en abordant tous les aspects, les hommes et leur mode de vie, la politique et les différents conflits, les traditions.

Depuis 1985, il couvre l’Afghanistan : les Moudjahiddins contre les Russes, la guerre des clans de Kaboul, la prise de Kaboul par les Talibans, le commandant Massoud et l’alliance du Nord, le pillage du musée de Kaboul et des trésors afghans, les Pachtounes. Son arme pour aborder le monde est son appareil photographique ; une arme qui l’emmène dans de très nombreux pays, et qui, parfois, le met en danger car elle représente l’intrusion occidentale. Mais une arme qui fait de lui le soldat pacifique d’une certaine vision de l’humanité.

Il a aussi réalisé de nombreux photoreportages en Russie, en Chine, au Proche Orient : Syrie, Jordanie, Liban, ainsi qu’en Amérique du Sud : Colombie, Equateur, Brésil …Tout ce qui semble compter pour lui, ce sont les voyages. Incessants voyages, six ou sept mois par an, il a « produit des images » pour plus de 70 reportages pour Géo Allemagne et Géo France. A ajouter aussi, les publications dans de nombreuses revues comme Le Figaro Magazine ou National Geographic. En 2004, il réalise deux grands reportages, l’un sur l’Amérique Centrale et l’autre sur la Sibérie. En 2007, il sera à Montier-en-Der pour vous présenter une sélection de ses plus belles images nature.

Bence Mate, invité d’honneur étranger 2007

De nationalité hongroise, il a obtenu le prix « Eric Hoskins 2005 » à l’occasion du BBC « Wildlife Photographer of the Year » (organisé par le Muséum d’Histoire Naturelle de Londres) avec 8 photos parmi les 85 retenues au palmarès. Autodidacte à l’âge de 14 ans, il est passé photographe animalier pro exclusif à 20 ans, sans aucun autre métier en guise de garde-fou. Venez donc rencontrer le brillantissime Bence Mate au Festival de Montier-en- Der.

Les Révélations 2007

Cette année, les organisateurs du festival ont voulu inviter aussi de nouveaux talents qui sont de véritables artistes photographes.

Martin Eisenhawer & Silvia Galli Martin Eisenhawer est né en 1968 à Münster en Allemagne et vit en Suisse depuis plus de 12 ans. Il a grandi dans une petite ville au coeur d’une zone fortement agricole de l’Allemagne. Il passe beaucoup de temps durant son enfance et adolescence dans la forêt voisine. Ses parents ont tous deux étudié la biologie et lui ont transmis leur passion, le goût pour les merveilles de la nature. A l’âge de 14 ans, il a reçu son premier appareil photo. Depuis, comme beaucoup d’autres, il est passé au numérique sur du matériel Canon.

Au début de cette année 2007, Martin Eisenhawer devient membre du Directoire du GDT, (Association des Photographes Naturalistes Allemande), dont quelques membres seront présents au festival de Montier-en-Der. Depuis plusieurs années, il partage sa passion avec Silvia Galli. Dans l’exposition, « Au royaume des manchots empereurs », qui vous sera présentée, ils nous montrent des habitants de l’Antarctique dans leur environnement glacial. Tous deux ont reçu plusieurs prix pour leur travail photographique. Martin Eisenhawer nous offre la photo de l’affiche 2007.

Frédéric Lefebvre

Frédéric Lefebvre, « Le mobilisateur contre les émissions de CO2 ». Frédéric Lefebvre s’est découvert une passion pour les lumières et les paysages du Nord. Il a vécu en Irlande pendant plusieurs années et rencontré l’Islande lors d’un séjour en 2003. Depuis, il consacre ses temps libres à photographier les ambiances des pays voisins du cercle pôlaire et recherche les paysages les plus dramatiques et les plus extrêmes. Témoin des conséquences du réchauffement de la planète dans le Nord, il souhaite que son travail contribue à la mobilisation contre les émissions de CO2.

Katia Collinet

Katia Collinet Biologiste de formation et photographe spécialisée dans la photographie panoramique 360° x 180°, Katia Collinet nous emmène dans la légendaire forêt des « Faux de Verzy », en Champagne Ardenne, pour y découvrir l’architecture insolite de ces hêtres d’exception.

Stéphane Hette

Stéphane Hette, « Le photographiste ». Graphiste illustrateur, ce passionné d’images se définit volontiers comme un « photographiste ». Il découvre la nature sur le tard, suite à un emménagement dans la Champagne Humide (à Heiltz-le-Maurupt). Coup de foudre instantané ! Constamment émerveillé par ses découvertes et le charme simple de sa région… C’est l’histoire banale d’un citadin qui rencontre la nature. Cette exposition tente d’apporter un regard différent sur cette nature du quotidien, qui se révèle être extraordinaire, surprenante, émouvante ou drôle selon les yeux qui l’observent. Pour lui, une chose est sûre : le bonheur est dans les prés !

Le « Sarco » suchus Imperator présent à Montier

La ferme aux Crocodiles de Pierrelatte présente « Sarco » suchus, un prédateur parmi les prédateurs. Une première en Europe... Avec une longueur d’environ 12 mètres et 6 mètres d’envergure, les visiteurs auront du mal à croire que ce géant eut vraiment existé. Aujourd’hui, il est à Montier-en-Der, non en chair et en os, mais en résine polyéther. Pas de danger, il n’attaquera personne, mais il impressionnera son spectateur par son époustouflant réalisme. Autant dire que l’équipe d’artistes sculpteurs, menée par Emmanuel Janssens Casteels de la société Ophys, a fait un travail remarquable ! Ce sont Philippe Taquet et France de Lapparent de Broin, les paléontologues français du Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris, qui ont décrit et baptisé cet animal extraordinaire. Il a fallu environ 1800 heures de travail, 750kg de résine polyéther, quatre hommes et une femme, pour reconstituer ce géant. Tout a commencé par une maquette 1/8 servant de base de travail. Ensuite, le squelette fait de bois et de carton a été recouvert de résine. Le crâne du crocodile avait été moulé et sculpté auparavant dans les ateliers de la société Ophys. Une fois le corps de la créature terminé, une des étapes clé a été de poser les 138 dents de résine et les yeux de verre du crocodile. Enfin, le plus gros du travail consistait à ciseler et à mettre en place les écailles (une par une) grâce à une résine composite modelable. La dernière étape, la peinture, fut la plus minutieuse. Vous pourrez ainsi juger par vous-même de leur travail au Haras National où l’Empereur des crocodiles sera exposé.

Le « Sarco », le Roi des Crocos !

Le Sarcosuchus Imperator est l’équivalent préhistorique de nos crocodiles, un carnassier impressionnant. Ce crocodile géant régnait sur les rivières africaines au Crétacé Moyen, il y a 110 millions d’années. L’animal mesurait entre 7 et 12,5 mètres de long, pesait environ 8 tonnes et sa mâchoire comptait une centaine de dents. De quoi ne faire qu’une bouchée des pauvres herbivores qui venaient s’abreuver près des lacs où ils vivaient. Le crocodile du Nil, avec ses 6 mètres de long et ses 1000 kilos, souffrirait de la comparaison. Le paléontologue français Philippe Taquet est le premier à avoir découvert les restes du Sarcosuchus Imperator. C’était en 1964 dans le Ténéré au Niger. Depuis d’autres fossiles ont été mis à jour au Brésil (Brésil et Afrique étaient réunis sur le même continent au Crétacé), et un autre quasi complet en 2000 dans le Sahara.

Le concours international et la découverte de nouveaux talents

Organisé en partenariat avec le club Léo Lagrange de Saint-Dizier, le festival s’accompagne d’un « Concours International de la Photo Animalière et de Nature ».

Cette année, 5117 photos ont été reçues, de 534 photographes, représentant 24 pays.

France (416) - Belgique (35) - Suisse (15) - Italie (13) - Allemagne (12) - Hongrie (11) - Angleterre (4) - Pays-Bas (4) - Slovénie (4) - Luxembourg (3) - Canada (2) - Iran (2) - Japon (2) - Pologne (1) - Portugal (1) - Emirats Arabes Unis (1) - Ecosse (1) - Espagne (1) - Inde (1) - Algérie (1) - Philippines (1) - Andorre (1) - Thaïlande (1) - Brésil (1) - Ile Maurice (1)

Le jury 2007 était présidé par Monsieur Vincent Munier, photographe talentueux révélé en 1998 lors du 3ème festival.

De nombreux prix ont été attribués. Les lauréats seront connus et recevront leurs lots au cours du festival. Au total, 66 photographies ont été retenues et feront l’objet d’une exposition originale présentée pendant le festival. Cette exposition est produite par l’AFPAN « l’Or Vert ».

Le jury 2007 :

- Monsieur Vincent Munier (Président du jury 2007)
- Monsieur Guy Michel Cogne (Rédacteur en chef de Chasseur d’Images)
- Monsieur Roger Guichon (Naturaliste)
- Monsieur Florian Mollers (Photographe allemand)
- Mademoiselle Mathilde Wagner (Chargée de mission du Comité Régional de Tourisme Champagne-Ardenne)

Le comité technique :

- Régis Fournel (Vice Président de l’AFPAN « l’Or Vert », Coordinateur du Festival)
- Pascal Bourguignon (Président de la commission programmation / concours AFPAN « l’Or Vert »)
- Stéphane Denizot (Club Léo Lagrange de Saint-Dizier)
- Olivier Varin (Chargé de mission AFPAN « l’Or Vert »)
- Maud Potier (Agent de développement pédagogique, chargée des concours de l’AFPAN « l’Or Vert »)


Informations pratiques :

Festival International de la Photo Animalière et de Nature 2007
11ème édition
16,17 et 18 novembre 2007
Montier-en-Der
Tarif journalier : 10 €, pass 2 jours : 16 €, pass 3 jours : 22 €, groupe : 6 €, conférences (samedi et dimanche) : 4 €
 


En savoir plus sur :


Evénements à la une en ce moment :

Services web aux photographes : annuaires, actualités, référencement, hébergement


Agenda Salons - Festivals :

Juil. 2014 Mois suivant
LunMarMerJeuVenSamDim
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123


NOUVEAU :

Prochains vernissages >>
Autres événements >>
Stages - Formations >>

Chercher
un photographe
pro






Photographes
référencez-vous
ici

Veuillez mettre à jour le player Flash de votre navigateur



Trouver
un photographe
pro


Votre actualité ici


Choisir un
photographe
pro


Services web aux photographes : annuaires, actualités, référencement, hébergement



Photographes
exposez-vous
ici

< Retour accueilVous visitez le site Photosapiens.comRetour en haut ^   


Partagez cette page :

PHOTOSAPIENS SARL - 441 avenue Arclusaz - 73250 St-Pierre d'Albigny - E-mail - Tél : +33(0)4 79 85 02 48