Packshot accessoire de mode © Jean-Philippe ROBIN Packshot accessoire de mode pour le site marchand OxbowShop.com de la marque OxbowPackshot pantalon © Jean-Philippe ROBIN Packshot chaussure pour le site marchand OxbowShop.com de la marque OxbowPackshot produit stylisé © Jean-Philippe ROBIN Packshot produit stylisé sur verre dépoliJean-Philippe ROBIN
06.08.67.88.02
Photographe Packshot
Chercher
un photographe
pro






Photographes
référencez-vous
ici

Veuillez mettre à jour le player Flash de votre navigateur



Trouver
un photographe
pro

Agenda Salons - Festivals :

Oct. 2014 Mois suivant
LunMarMerJeuVenSamDim
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112


NOUVEAU :

Prochains vernissages >>
Autres événements >>
Stages - Formations >>

Communiqué  30/10/14  - 6713 visites  -  Impression (PDF) 

Mai Photographies 2008

Quelque chose de perdu, thème de la 23ème édition

Le festival Mai-Photographies existe depuis 27 ans. L’Oeil Quimpérois puis l’Association Aktinos en ont assuré les programmations et l’organisation. Cette manifestation éclatée dans plusieurs lieux d’exposition de la ville de Quimper, s’étend désormais à trois villes : Quimper, Douarnenez et Pont l’Abbé.

Thème : Quelque chose de perdu

Voici un sujet difficile, qui concerne chacun d’entre nous au cours de sa vie. Notre parcours terrestre est ponctué d’évènements/passages qui nécessitent de laisser, d’abandonner quelque chose ou quelqu’un derrière soi : un état intérieur, une perte physique, une relation amoureuse, une personne proche qui parfois nous confronte à la mort. Des pertes parfois si irrémédiables, qu’elles provoquent en nous des sentiments d’injustice. Pour passer, il nous faut trouver et chercher loin, au dedans de nous, de mystérieuses ressources que l’on pensait inexistantes. Mais parfois certaines pertes sont une sorte de chance. Une faille douloureuse, qui permet néanmoins une libération future. Car une faille est une ouverture ; une ouverture dans de la matière dure, qui nécessite presque de se briser pour s’entrouvrir. Ce sont des expériences limites que nous sommes tous amenés à faire.

Les travaux des artistes que nous avons sélectionnés cette année sont tous centrés sur un de ces aspects de la perte.
- Douleur exquise de Sophie Calle, qui nous livre le journal photographique d’une relation qui s’achève et se dilue dans la banalité du quotidien.
- Jeudi aujourd’hui de Valérie Villieu, qui nous met en contact avec le monde sans mémoire de Louise, et dénonce avec révolte et délicatesse la manière dont notre société traite ce moment d’extrême fragilité de nos existences.
- Beauséjour inventaire de Dominique Mérigard, qui nous parle de sa maison d’enfance et de sa réappropriation de cet espace maintenant déserté, où il chemine au milieu de ses souvenirs de petit garçon dans son corps d’homme adulte.
- O olhar dos cegos de Georges Pacheco, montrant des portraits d’aveugles,qui nous interrogent sur la notion de regard et d’image de soi face au regard des autres.
- Les belles disparues de Xavier Zimbardo, qui s’est promené de manière quasi obsessionnelle, durant un temps, à la recherche de la vie énigmatique et enfuie de femmes, rencontrées sur les plaques vieillissantes de nos cimetières.
- HC(Henri Civel) de Jean Loup Bernard, pour qui la découverte d’une lettre de son grand oncle a révélé toute l’horreur de la mort de tant de jeunes hommes d’une génération.
- Nachlass/Posthumes de Ursula Neugebauer, qui nous livre des prises de vue froides et objectives dans lesquelles elle a photographié la pièce où vivait une personne quelques instants avant son décès, nous invitant ainsi à une réflexion sur la fin matérielle et spirituelle de notre propre vie.
- Frail heroins de Caroline Chevalier, qui a tenté de saisir ces « frêles héroïnes » dans toute leur ambiguïté passagère, dans cette féminité fragile mais résistante, comme si elles passaient d’un age à un autre... entités éphémères.
- Charline Guingant et Léna Salabert sont deux jeunes filles de 16 ans, aux portes de l’age adulte, dans le passage de l’adolescence. Elles mettent en scène ce moment d’agitation intérieure extrême qui permet à la fois de s’ouvrir à demain mais demande, dans le même temps, de s’éloigner de son état d’ enfant.

Différentes manières pour tous ces photographes d’explorer ces espaces particulièrement intenses en émotion et d’en retirer une substance artistique qui parfois tient de la survie, de la dénonciation, du désir d’empêcher l’oubli et qui permet à la fois une reconstruction et une possibilité de penser la perte autrement que comme un abîme.

Pages :
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 >>


Sommaire de l’article :


Informations pratiques :

Mai Photographies
Du mardi 13 mai au samedi 21 juin 2008
Plusieurs lieux à Quimper, Douarnenez, Pont l’Abbé
Vernissage-promenade : samedi 17 mai 2008
 


En savoir plus sur :



D'autres événements sur :



Participer :


  Donnez votre avis sur cet événement (forum)
Enregistrer au format PDF  Enregistrez / imprimez cet article (PDF)


Votre actualité ici


Choisir un
photographe
pro


Services web aux photographes : annuaires, actualités, référencement, hébergement



Photographes
exposez-vous
ici

< Retour accueilVous visitez le site Photosapiens.comRetour en haut ^   


Partagez cette page :

PHOTOSAPIENS SARL - 441 avenue Arclusaz - 73250 St-Pierre d'Albigny - E-mail - Tél : +33(0)4 79 85 02 48